Le peuplier, essence régionale d'importance

La France est le premier pays producteur de peuplier en Europe avec une surface estimée à 240 000 ha. Alors qu’il n’excède pas plus de 3% de la surface forestière feuillue, le peuplier fournit en moyenne, chaque année, plus de 20% de la production de bois d’œuvre.

La région Hauts de France constitue l'un des bassins populicoles les plus importants sur le territoire national avec environ 32 000 ha et un volume récolté qui a représenté 9,5 % de la production nationale en 2020. Le peuplier est devenu la première essence récoltée en région, devant le chêne (Agreste, 2021).

Pour autant, et malgré toutes les qualités reconnues du peuplier, le taux de reboisement dans la région (et au niveau national) a subi ces dernières années une baisse caractérisée par une moyenne parlante : 1 ha sur 3 n’est pas replanté. Les besoins nationaux augmentent pourtant en réponse à la demande croissante des industriels. En Hauts-de-France, les plantations actuelles présenteront par conséquent un retard pour y répondre correctement, car les surfaces renouvelées ne coïncident avec les surfaces exploitées que depuis 2017.

    Tableau récolte bois Agreste 2021
    Tableau : Récolte de bois en Hauts-de-France en 2020 selon le département de récolte (source : Agreste - enquête annuelle de branche exploitation forestière - 2021)

    Le Peuplier en Hauts-de-France

    • Les Hauts-de-France sont naturellement une terre de peupliers, ces derniers faisant partie intégrante du paysage régional. Une enquête d’envergure menée en 2015 a révélé ce que pensent du peuplier les habitants des communes populicoles. Vous découvrirez que la majorité des habitants accueillent de manière favorable la présence de peupleraies, en ayant bien conscience des avantages qu’elles procurent. Le peuplier ne se décide en effet plus seulement selon des critères techniques ou sociaux mais intègre de nouvelles considérations hydrauliques, paysagères et environnementales.

    • Grâce à sa croissance rapide, le peuplier est une essence qui peut aussi bien se conduire en tant que peuplement à part entière qu'en relais de production. Aujourd'hui, il est possible de récolter des peupliers au bout de 15 à 20 ans, à condition de respecter l'adéquation à la station et les exigences nutritives et hydriques relatives à chaque cultivar. Les entretiens des peupliers (tailles de formation et élagage en priorité) déterminent également fortement la qualité du bois et le prix final de vente. Il est donc important d'effectuer ces travaux pour garantir la qualité des arbres !

      Bon à savoir : le site internet du CNP a récemment mis en ligne 20 tutoriels vidéos permettant de guider pas à pas les populiculteurs dans la gestion de leurs arbres, depuis la plantation jusqu'à la vente. Retrouvez ces tutoriels ici.

      Le marché du peuplier se renforce depuis plusieurs semestres, preuve d'une nouvelle dynamique permise par la demande des industriels mais aussi du grand public en matière de produits biosourcés. La moyenne s'établit à 40 euros le m3 en 2019, avec des prix pouvant aller au-delà pour des peupliers élagués (l'élagage étant une condition nécessaire à l'obtention d'un bois de qualité).

      Pour tout renseignement sur la gestion de vos peupleraies et la commercialisation de vos bois, n'hésitez pas à consulter la liste des gestionnaires forestiers et techniciens indépendants.
      Un annuaire recensant les différentes entreprises travaillant avec et pour le peuplier est également mis à disposition par le CNP.

    • En fonction des conditions de milieu (caractéristiques du sol, antécédent cultural, présence plus ou moins forte de sous-étage), on ne trouvera pas les mêmes espèces de faune ni de flore dans les peupleraies. D’une peupleraie à une autre, des cortèges d’espèces très différents peuvent se rencontrer et la diversité des parcelles (mosaïque) contribue à la richesse de la biodiversité d’un territoire.

      Pour plus d'informations sur le sujet, retrouvez la brochure "Peupleraie & environnement" du CRPF (2012) et l'article "Les peupleraies : des interfaces boisées riches en biodiversité" (paru dans le Vox Populus de septembre 2022) en fin de page.

    • Les cultivars sont des variétés cultivées obtenues par croisements entre plusieurs espèces de peupliers et reproduites par bouturage. Travaillé pour répondre à différentes exigences de qualité, de climat ou de résistance aux maladies, chaque cultivar a ses spécificités. Pour déterminer quels cultivars sont les plus adaptés au sol d'une parcelle, il convient d'en étudier la station pour ne pas faire d'erreur : le bon cultivar au bon endroit.

      Pour vous aider dans vos choix de cultivars, l'IDF (Institut de Développement Forestier) a fait paraître des fiches regroupant l'ensemble des informations relatives aux stations et aux cultivars, à retrouver sur le site internet du CNPF ou sur le site Peupliers de France du Conseil National du Peuplier (CNP) :

    • Comme toute essence forestière, le peuplier fait face à un certain nombre de maladies et de ravageurs, dont les cycles et les effets peuvent être amplifiés par le changement climatique. Le choix et la diversification des cultivars sont alors fondamentaux dans les stratégies d'adaptation face aux aléas de tous ordres. La connaissance des différents pathogènes peut également aider le populiculteur à reconnaître les symptômes les plus évocateurs et étayer les premières étapes du diagnostic. Le site de l'Inrae "E-Phytia" documente également ces problèmes.

      Quelle que soit votre situation, en cas de doute sur l'état sanitaire de vos peupliers, ne pas hésiter à faire appel aux correspondants-observateurs du Département de la Santé des Forêts (DSF) qui sont spécialement formés pour établir un diagnostic précis. Votre gestionnaire peut également vous accompagner dans vos démarches, notamment en ce qui concerne l'exploitation et la commercialisation de vos bois.

    • Photo intérieur entreprise

      L’aval de la filière a connu quelques difficultés. En 15 ans, le nombre de scieurs de peupliers a été divisé par trois. L’arrivée sur le marché de sciages de résineux importés des pays de l’Est en est la principale cause. Le chiffre d’affaires du secteur a été divisé par deux en quelques années.

      Les entreprises de déroulage sont peu nombreuses. Elles ne consomment qu’une partie de la production. A ce jour, parmi les 225 000 m3 de déroulage récoltés en Picardie, la moitié est exportée vers l’Italie. Les prix plus élevés du transport, ont fragilisé ce marché.

      A la fin des années 90, les entreprises régionales de transformation se sont fédérées pour faire face à la crise. Plusieurs pistes pour trouver de nouveaux débouchés avaient été explorées.
      Depuis quelques mois, un projet de relance de la filière populicole émerge. Les acteurs de la filière populicole se sont réunis en novembre 2006 pour faire état de la ressource, des avancées technologiques dans la valorisation du matériau peuplier et des nouveaux débouchés possibles. Parmi les nouvelles alternatives, le bardage et le lambris en peuplier offrent d’intéressantes perspectives. Par ailleurs, l’évolution du marché de la construction assurent au peuplier de nouvelles opportunités.

      Ce projet s’inscrit dans le cadre de la création du pôle de compétitivité « Industrie et Agro-ressources » destiné à valoriser les ressources végétales régionales.

      Bon à savoir : retrouvez toutes les informations sur le peuplier dans la construction sur le site internet de l'interprofession Fibois Hauts-de-France.

    • Etude par LIDAR dans le cadre d'Interreg Forêt ProBos

      On estime à environ 32 000 ha la superficie de peuplier en Haut-de-France. Cependant ces informations fournies par l’Institut National de l’Information Géographique (IGN) et basées sur des campagnes de mesures de terrain par échantillonnage sont des estimations assez générales et peu précises, au millier d’hectares près.

      Afin de mieux connaitre et mieux caractériser ces peuplements typiques de notre région, le CRPF a entrepris, dans le cadre du projet Interreg "Forêt ProBos", la production d’une carte localisant et caractérisant les peupleraies sur 5 territoires pilotes de Haut-de-France. La carte renseigne l’emplacement précis des peupliers au sein du peuplement ainsi que la hauteur moyenne de chaque peupleraie identifiée.

      La méthode de cartographie des plantations de peupliers repose exclusivement sur la technologie LIDAR.

      Dans un premier temps, sur différents sites de la région Haut-de-France, des peupleraies ont été préalablement identifiées par photo-interprétation. Ensuite, grâce à des données LIDAR de 2018, chaque arbre qui compose une plantation a été identifié et sa hauteur est définie.

      La hauteur est obtenue via le modèle numérique de hauteur (MNH) lequel résulte de la comparaison du modèle numérique de surface (MNH) avec le modèle numérique de terrain (MNT). Enfin, pour chaque plantation délimitée, la hauteur moyenne des peupliers est définie.

      La carte est consultable ici. Vous pouvez également consulter les métadonnées et télécharger les données vectorielles au format shapefile en suivant ce lien.

      Etude par télédétection du CNP

      Il n'existe que peu d’enquêtes et de données régionales récentes sur l’état actuel de la ressource et le reboisement en peuplier. Ces données devraient prochainement voir le jour grâce à un programme de recensement des peupleraies par télédétection à l’échelle nationale, lancé en 2019. Piloté par le Conseil National du Peuplier (CNP), mené par Dynafor (unité de recherche mixte associant l’INRAE de Toulouse, l’Ecole  Nationale d’Agronomie de Toulouse, l’Ecole d’Ingénierie de Purpan pour la télédétection et le CNPF pour la collecte de données) et soutenu notamment par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et France Bois Forêt, ce programme de recherche permettra de disposer d’une cartographie annuelle de la ressource en peuplier du territoire français. Le degré de finesse de l’outil de télédétection devrait même pouvoir aller jusqu’à la détermination des classes d’âges des peupliers voire des cultivars plantés.

    • Vulgarisation

      Photo de réunion

      L'essence peuplier est exigeante et nécessite des précautionsL’adaptation des cultivars aux stations et la diversification sont les mots d’ordre ! Les élagages sont également incontournables dans la vie de l’arbre et apportent une valeur ajoutée certaine aux populiculteurs.

      Depuis 2006, une campagne d’informations et de vulgarisation auprès des propriétaires de peuplier de plus de 1 ha est conduite au sein des Hauts-de-France. Ces réunions ont pour objet d’inciter les propriétaires à renouveler leurs peupleraies.

      Le CRPF organise ces réunions tous les ans ou tous les deux ans, dans les cinq départements de la région. Retrouvez les dates des prochaines réunions sur notre agenda ou en contactant Clémence Besnard, référente peuplier au CRPF Hauts-de-France : clemence.besnard@cnpf.fr - 06 77 52 52 58

      Le CRPF produit également régulièrement des documents sur le peuplier, à consulter sur la page dédiée de notre site.

      Le Plan Peuplier des Hauts-de-France

      Face au constat du manque de reboisement à l’échelle nationale (1 ha sur 3 de peupliers non reboisé) qui entrainera dans les années prochaines un déficit de bois pour l’aval de la filière, les actions régionales se multiplient en France pour redynamiser localement l’amont et renforcer la coopération entre les différents maillons de la filière. L’objectif est de coordonner les attentes de chacun afin d’être capable de répondre à la demande croissante des industriels – mais aussi de la société – en matière de bois de peuplier de qualité.

      A ce titre, la structuration d’une filière populicole performante, innovante et reconnue par tous constitue le cœur du projet du « Plan Peuplier » initié en 2019 par le CRPF Hauts-de-France en étroite relation avec l’interprofession Fibois Hauts-de-France et l’Association Peuplier régionale.

      Ce plan se décline comme un programme pluriannuel d’actions concertées entre acteurs de la filière peuplier validé par un groupe de travail dédié (Cellule Peuplier). Quatre volets composent le Plan Peuplier :

      • Un volet communication, transversal, qui a pour objectifs de promouvoir le peuplier auprès de différents publics et de continuer à former les propriétaires et les communes à la populiculture ;
      • Un volet « Dynamisation de la populiculture et gestion durable » qui regroupe des actions de formation des populiculteurs, de vulgarisation sur l'expérimentation régionale en peuplier ou encore de mise en place d'une aide financière à l'élagage* ;
      • Un volet sur les débouchés du peuplier avec la poursuite des travaux sur ses utilisations et la valorisation des réalisations en bois de peuplier local ;
      • Un dernier volet relatif à l’innovation en peuplier, qui liste des actions liées à la populiculture face au changement climatique (adaptation des pratiques actuelles, nouveaux itinéraires, alternatives au désherbage chimique, etc.).

      *A noter concernant l’aide financière à l’élagage : le dossier du projet a été transmis à la Région et les modalités de l’aide sont toujours en cours d’étude. La démarche a toutefois été actée et l’ouverture de l’aide sous forme d’appel à projets est espérée en fin d’année 2023 au mieux.

      Ce Plan Peuplier constitue la base du travail de redynamisation du peuplier en Hauts-de-France. Il reprend dans cette logique des actions inscrites dans le PRFB 2020-2030 des Hauts-de-France rédigé par la DRAAF.

      Pour toutes questions sur le Plan Peuplier, n'hésitez pas à contacter Tess DE BACKER, Ingénieure chargée de mission Développement du Peuplier : 06 98 14 18 50 | tess.de-backer@cnpf.fr 

      L'Association Peuplier des Hauts-de-France

      En 2014, l’Association Peuplier a été créée par des pépiniéristes, des gestionnaires et techniciens forestiers, des exploitants, des scieurs, des dérouleurs, des architectes, bref par tous les corps de métiers ayant un lien avec le peuplier. Ces derniers ont fait le constat qu’il y avait de nombreuses raisons de communiquer sur les atouts du peuplier : une production forestière à cycle court (15 à 18 ans), une demande industrielle croissante et une matière première locale et renouvelable.

      Le rôle principal de l’Association Peuplier est donc la communication vers les professionnels et le grand public, et entre l’amont de la filière (qui produit le bois) et l’aval (qui l’utilise). Cela s’effectue en soutien aux structures professionnelles. Cette communication est assurée par deux bulletins annuels (Vox Populus) sur l’actualité de la filière, et par la participation à des salons et à des réunions de vulgarisation, avec l’aide de l’animatrice de l’association, Clémence Besnard, technicienne CRPF.

      L’Association compte actuellement 160 membres à travers les Hauts-de-France, et vous pouvez les rejoindre, moyennant une adhésion annuelle, d’un montant volontairement faible.

      > Contacts :

      Bulletin d'adhésion à l'association Peuplier Nord Pas de Calais-PicardieLa lettre de l'association : Vox Populus N°1 (avril 2015)

    L'indispensable sur le peuplier : le Mémo peuplier 2022